Mon Afrique (2)

Publié le par La griotte


La suite de ma déclaration d'amour.

 

peche.jpg



Prendre le temps de prendre le temps. Certes, cela me rend régulièrement folle, mais apprendre la patience, apprendre à prendre son temps c’est agréable. Cela fait relativiser beaucoup de choses et ça donne un air de vacances à la vie quotidienne. Parce que nous autres, occidentaux, ne savons prendre le temps qu’en vacances. Mais je suis encore loin, très (très) loin de la zenitude !

Tous les blancs ont une montre mais ils n’ont jamais le temps.

Je n'idéalise pas non plus : ce phénomène a aussi de nombreux inconvénients. En effet, il rejoint souvent les notions de fatalisme et de laisser-aller et est préjudiciable au développement et à l’économie, entre autres.


 



L’apprentissage permanent. Nous sommes étrangers ici et ne serons jamais, au grand jamais (même après 30 ans d’Afrique), considérés comme du pays.

Je ne parle pas de la couleur de peau, mais plutôt de la compréhension des mécanismes socioculturels de notre/nos pays d’adoption. Ethnies, cousinages, hiérarchie sociale, métiers exercés, politique, tout cela est très intimement lié.

Et nous, occidentaux, avons beau nous y intéresser, ces mécanismes, ces connaissances, ces pratiques sont ancestraux, ancrés dans les esprits et ne sont pas tous compréhensibles et/ou visibles pour nous.

Il est donc important de comprendre que ce qui nous agace, ce qui nous semble inutile, ce que nous ne comprenons pas, TOUT a une explication.

Nous sommes alors obligés, si nous ne voulons pas virer chèvres et passer pour des idiots, de nous ouvrir et d’accepter de ne pas comprendre.

C’est compliqué l’ouverture d’esprit, mais c’est tellement agréable de remettre en question tout ce qui nous paraît acquis.

Ca me fait me sentir vivante : mon cerveau cogite à 100 à l’heure, je me sens bousculée/choquée/intriguée, je passe par une phase de rejet (inconsciente le plus souvent), et puis, je sens (presque littéralement) mon esprit s’ouvrir à une nouvelle conception. Une bonne bouffée d’air frais !

 

Ce raisonnement est valable pour toutes les régions du monde bien entendu.

 


Je ne trouve pas de mots pour exprimer cette 6ème notion
. Celle qui consiste à appeler un chat un chat.

« Tu le connais le vieux là ? Tu sais celui qui est long et trop noir là ? »

«  Tu sais c’est ma cousine qui est trop grosse et son mari qui est très maigre et petit là, tu vois ? »

«  Elle là, elle est pas belle. C’est sa sœur qui est trop jolie, elle est claire ».

«  Hé, l’ami tu as trop grossi toi ! Tu profites, tu es riche ou quoi ? »

Les premières fois ça fait bizarre. Nous avons tellement l’habitude de prendre des gants : elle est un peu enveloppée (elle est obèse), il n’est pas très grand, il est « black », etc.

 


Je souhaitais partager ma vision, mes sentiments.
Tout n'y est pas, le Niger, l'Afrique, c'est une expérience qui se ressent aussi, beaucoup... Bruits, odeurs.

Ah ces odeurs... épices, encens... L'Afrique quoi...

 

ilou-fils.jpg


Kala a ton ton.

Publié dans Au quotidien

Commenter cet article

anne-laure 20/02/2010 21:34


Bonsoir,
Nous avons pris un grand plaisir à lire ton blog. Il est ecrit avec une sensibilité qui est la notre... Nous avons vécu qques années au Nigéria et au Cameron, et avons retrouvé dans ces pages un
peu de l'afrique que l'on aime!
Continue ainsi.
Petite question dont nous n'avons pas trouvé la réponse (avons-nous lu trop vite? et pourtant!) Que faites-vous là-bas?
Je souhaite postuler pour le lycée...



La griotte 22/02/2010 11:47


Bonjour et merci de ce commentaire ! ça fait plaisir !
Quant à mon boulot, je ne m'étends pas sur le sujet et c'est volontaire . A bientôt sur ces pages alors !

PS : j'ai été faire un tour sur ton blog et, sincérement, j'aime bcq ce que tu fais.


cathy 18/01/2010 10:09


l'autre jour dans le metro une femme africaine m'a frolé et là tout d'un coup l'odeur de l'afrique m'a emporté durant quelques instants auprès de toi ....
oui effectivement l'odeur de l'Afrique reste profondément enracinée ,un mélange d'épices, de soleil ,de quelque chose d'insaisissable ....
un séjour africain laisse pour toujours des traces que seuls ceux qui l'ont vécu peuvent comprendre mais ne peuvent que difficilement faire comprendre MAIS toi charmante griotte tu y arrives BRAVO
POUR TOUS CES INSTANTS DE BONHEUR!!!!!!


La griotte 18/01/2010 11:43


Comme je me rappelle ces petits moments de nostalgie nés du frolement d'un boubou et d'une effluve dans le métro parisien ! Courage, en juillet t'es là :-)