Le top de la branchitude à Niamey

Publié le par La griotte


J'avoue...
Je vous parle souvent de réceptions chez M. l'ambassadeur, de Ferrero Rochers et autres cocktails très chics, mais le breton et moi n'y allons jamais.

Nous ne sommes décidemment pas branchés. De là à dire que nous fuyons ce genre de pinces-fesses, il n'y a qu'un pas... que je ne franchirai pas.
Je tiens à mon image tout de même. Et on ne sait jamais...
D'ailleurs, M. l'ambassadeur, si vous me lisez sachez que j'en suis très honorée. Et que je suis prête à tout qu'il est possible que je daigne venir grignoter quelques Ferrero lors de votre prochaine réception si vous me promettez un poste haut placé si vous m'envoyez un carton.

Néanmoins, comme beaucoup de Niamyezé (et d'expats surtout), nous aimons aller prendre un verre au Grand Hôtel en fin d'après midi. Parce que la vue y est splendide et que c'est l'un des rares endroits de la ville où l'on peut profiter du fleuve.

Renéanmoins, nous évitons le plus possible le dimanche soir : parce que c'est le top de la hypitude de venir manger des brochettes le dimanche soir au coucher du soleil, et que, dois-je le rappeler, le breton et moi-même ne sommes pas vraiment hype.

Quelques photos pour illustrer mon propos.

P1010913

Le pont Kennedy : le seul pont qui relie les deux rives du fleuve.
A votre droite, la rive gauche, le coeur de la ville ; à votre gauche, la rive droite aussi appelée Harubanda, où se trouvent la fac, mais aussi les quartiers les plus déshérités la ville.
Pour la petite anecdote : un second pont est en construction en contrebas du premier. Les maîtres d'oeuvre sont chinois et le pont a été construit en un temps record (les ouvriers faisaient les 3*8). Aussi, de nombreuses personnes ont d'ores et déjà décrété qu'elles ne l'emprunteraient jamais !

P1010915

Les mêmes au coucher du soleil.

P1010927

P1010928
Je déplore que, sur ces photos, nous ne voyions pas l'essaim de chauves-souris caractéristique du coucher de soleil. Elles prennent leur essor des manguiers où elles ont dormi toute la journée et s'élancent dans le ciel en d'immenses grappes.
C'est un moment très particulier.

Kala a ton ton.

Publié dans Au quotidien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Veronique Brosseau 06/02/2010 12:41


mon grand père a fait un grand voyage en Afrique entre 1951 et 1953 pour peindre et le fleuve Niger peut devenir très grand à certaines époques, je poste des photos de son journal, peu à peu ...
(il est parti entre le Sénégal jusqu'à Tombouctou)