La polygamie, atout économique ?

Publié le par La griotte

Le vendredi, c'est  jet ski (oui, je sais je suis un peu énervante) et le samedi, c'est économie.

Je vous propose donc en exclusivité un article sur les avantages économiques de la polygamie.


La polygamie est un phénomène largement répandu au Niger. Le président donne d'ailleurs l'exemple, puisque le Niger compte non pas une, mais deux premières dames.
Ainsi, plus d'une femme sur 3 vit dans un ménage polygame, et cette proportion augmente avec l'âge des femmes. Chez les 15-19 ans, seules 14% sont concernées par ce type d'union, alors que, chez les 45-49 ans, ce sont plus de la moitié (56%) des femmes qui vivent avec, au minimum, une co-épouse.

Autre statistique intéressante : au Niger, 80% des femmes emprisonnées le sont pour cause de violences conjugales envers leur co-épouse.
Ah oui, mais c'est ça les femmes là, elles peuvent pas se contrôler aussi !
No comment.

Je ne vais pas vous assommer avec un discours économique sur les activités formelles/informelles, les différents niveaux économiques répertoriés dans les pays en voie de développement, mais en voici le résumé vulgarisé.

Une femme mariée doit se consacrer avant tout à son mari et à ses enfants.
Et voici sa journée type en milieu rural :
- 05h : lever
- 05h - 6h : corvée d'eau (ce qui implique d'aller jusqu'au puits à pied et d'en revenir avec plusieurs litres d'eau en équilibre sur la tête, s'il est besoin de le rappeler)
- 07 h : le mil est pilé, la collation matinale est prête. On nourrit alors son mari et ses enfants.
- 07h - 11h : linge, marché, récolte des légumes dans la petite plantation de madame (ces petits potagers s'appellent des champs de case), préparation du déjeuner.
- 11h - 12 h : madame se rend avec de l'eau et le déjeuner sur l'exploitation agricole familiale.
- 12h - 15h : corvée de repas pour le mari et les ouvriers, puis madame met la main à la pâte dans les champs. C'est qu'il faudrait pas qu'elle se croit en vacances ! Non mais desfois !
- 15h - 16h : elle rentre à la case et en chemin ramasse du bois de chauffe (pour faire le feu).
- 16h - 18h : madame s'occupe de son champs de case.
- 18h - 19h : le mil est pilé, le repas du soir préparé.
- 19h - 21h : on s'occupe du mari, des enfants, on donne à manger à tout le monde. Et surtout on s'occupe de son mari !
- 21h : dernière corvée d'eau de la journée.

Petite journée quoi. Tranquille.

On m'a donc avancé la théorie suivante : si plusieurs épouses cohabitent, elles dégagent plus de temps pour elles seules et peuvent donc trouver le temps de mener à bien une petite activité génératrice de revenus (un petit commerce autrement dit).
Certes, la maisonnée est plus grande, il y a plus de bouches à nourir, mais chacune le fait à tour de rôle et le fait de nourrir 6 personnes ou 12 ne double pas le temps de travail.

Jusque là on peut presque applaudir. Ben oui, parce que la polygamie est un fait, elle existe. Alors oui ça nous choque, oui ça nous révolte, mais étant donné qu'elle est là et bien ancrée, autant tenter d'en exploiter les côtés positifs, non ?
Je dis exploiter parce que cette discussion a eu lieu dans le cadre du travail (microfinance), et que le polygame en question, directeur d'une institution de microfinance, disait qu'il trouverait intéressant de cibler les femmes vivant dans des ménages polygames.

Economiquement why not ? L'argument semble tenir la route.

Oui, mais.
Oui mais que se passe-t-il dans la tête de ces femmes ? Se sentent-elles vraiment "libérées" économiquement et socialement parlant lorsqu'une petite jeune intégre le foyer et tente d'accaparer leur mari ? Se sentent-elles libres dans leur tête alors que leur prestige est diminué ?
Peut-on réellement dire "oui, mais ça les repose aussi", quand on sait que lorsque l'une des épouses est enceinte, la course contre la montre s'enclenche pour les autres ?

Autant de questions qui portent à croire que, si le modèle économique semble vertueux, c'est une thèse que l'on ne peut décemment pas soutenir, alors même que le but de ces institutions de microfinance est de lutter contre la pauvreté et l'exclusion (exclusion économique mais aussi sociale).

Alors j'ai dit non.
Mais je ne suis pas certaine que mes arguments aient été entendus.


Edit : il faut savoir que de nombreux musulmans disent que, d'après le Coran, un homme ne peut prendre plusieurs épouses que s'il peut leur offrir un niveau de vie équivalent et décent et que s'il peut les traiter de façon strictement égale. Ces mêmes personnes admettent aussi qu'aucun homme ne peut partager son coeur en parts égales. Et que donc personne, à part un saint peut-être, ne peut prétendre à la polygamie
.


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Matthieu Girard 25/10/2009 10:11


Otes moi d'un doute... Polygamie, c'est pas la nouvelle gamme de forfaits ORANGE? ;)


cathy 24/10/2009 22:50


la thèse économique est une thèse que même les jeunes sénégalais défendent bec et ongle,ils y croient dur comme fer ,cela fait partie de leur éducation.
du point de vue féminin la vision n'est pas tout à fait la même,référons nous à l'écrivain Mariama Ba qui parle de la place de la première épouse ou celle de la deuxième dans un mariage polygame.L
a situation est généralement extremement mal vécue....